Ventre

L’aspect du ventre est, à mon sens, la première demande de la femme. Ce problème apparaît après des grossesses ou des variations pondérales. Les patientes sont gênées par l’aspect rond du ventre, surtout dans la région sous ombilicale, par un excédent cutané, pouvant aller jusqu’à recouvrir le pubis, créant ainsi le tablier abdominal. L’aspect de la sangle musculaire distendue peut également entrainer une gêne, allant jusqu’à donner l’aspect d’un ventre de femme enceinte.

Le principe de la consultation
Elle permet d’évaluer la gêne et son importance, de rechercher des antécédents personnels et familiaux, pouvant contre-indiquer l’intervention. 
L’examen clinique met en évidence la gêne occasionnée, l’existence d’un excédent cutané, d’un problème musculaire, recherche une hernie ombilicale associée, un diastasis de la gaine des droits (muscle écarté le long de la ligne médiane). 

Il existe plusieurs cas de figures permettant de proposer plusieurs solutions chirurgicales :
  • La lipoaspiration est indiquée quant il n’existe pas d’excédent cutané sus ou sous ombilical.
  • La solution chirurgicale est indiquée lorsqu’il existe un excédent cutané, avec ou sans pli abdominal, une distension musculaire, une hernie ombilicale et/ou un diastasis de la gaine des droits.
En cas d’excédent cutané, la lipoaspiration sera insuffisante pour traiter l’aspect sous ombilical, le ventre restera distendu. 
La lipoaspiration est, par contre, extraordinairement efficace au niveau des flancs (bouées). Elle est très souvent associée à cette intervention. Elle permet de plaquer les flancs et d’améliorer la taille.

Le principe de l’intervention
En cas de lipoaspiration isolée, une simple incision péri sus pubienne et des flancs nous permet de traiter le problème. 
Lorsqu’une indication chirurgicale existe, il est nécessaire de réaliser une incision longue qui va d’une crête iliaque à l’autre et qui est cachée dans le maillot de bain, y compris dans les maillots de bains échancrés. L’incision permet de retirer l’excédent cutané sus ombilical. 
La dépose et la transposition de l’ombilic est souvent nécessaire, permettant de traiter l’excédent sus ombilical. La transposition ombilicale permet également de traiter une hernie ombilicale, ainsi qu’un diastasis de la gaine des droits, qui est traitée en cas de besoin, par une suture des muscles grands droits, l’un sur l’autre.

L’intervention est réalisée sous anesthésie générale. La durée d’hospitalisation est de deux à quatre jours. Des drains sont nécessaires, qui sont retirés lors de la sortie. Il est nécessaire de porter un vêtement de contention pendant quatre semaines. Le résultat définitif est jugé à trois mois quant à l’aspect du ventre, et à un an quant à l’aspect des cicatrices.

L’intervention a la réputation d’être douloureuse ce n’est plus le cas. Le lendemain de l’intervention, de simple antalgique suffisent (paracetamol) à calmer la douleur.

Les risques de l’intervention : Comme toute opération chirurgicale, il existe des risques qui sont faibles mais existe. Il s’agit essentiellement des phlébites, embolie pulmonaire, hématomes. Ils sont rare. Pour plus de renseignement, voir la fiche de la Société Française de Chirurgie Plastique

La prise en charge de l’intervention
L’intervention n’est pas systématiquement prise en charge par l’Assurance Maladie. Depuis 2004, de nouvelles normes sont en place. L’intervention est prise en charge, lorsqu’il existe un excédent cutané recouvrant le pubis. Cette intervention est soumise à entente préalable de l’Assurance Maladie et c’est le médecin conseil, qui, après avoir convoqué la patiente, donne son accord pour la prise en charge ou non.